La flexibilité du dirham ne nous a pas été dictée

mardi 30 janvier 2018

La flexibilité du dirham ne nous a pas été dictée

Le Chef du Gouvernement, Saad Eddine El Otmani a démenti, mardi 30 janvier à Marrakech devant un parterre d’experts internationaux du Fonds monétaire international (FMI), du Fonds monétaire arabe (FMA), et autres institutions et organisations internationales, que le passage du Maroc à un régime de change flexible ait été dicté par une quelconque institution financière internationale ou régionale.

 Le Chef du Gouvernement a affirmé ainsi lors de l’ouverture de la conférence régionale de croissance globale de haut niveau, organisée autour du thème "opportunités pour tous: croissance, emploi et inclusion dans le monde arabe",  que «cette décision nationale à laquelle ont contribué les organismes nationaux concernés,  a été prise après un processus de réflexion qui a duré plus de 10 ans», contrairement aux rumeurs véhiculées par certains médias et organes de presse depuis l’entrée en vigueur du régime de change flexible.

M. Saad Eddine El Otmani a souligné dans ce contexte que ces organismes et institutions jouaient certes un rôle fort important sur les plans régional et international, mais dans le respect de « l’indépendance de tous les Etats », que le Maroc est tout disposé à tirer le meilleur parti de toute expérience jugée probante et partant réussie en la matière, mais qu’il pourrait aussi rejeter au cas où il n’en serait pas convaincu.

Le Chef du Gouvernement a ensuite exhorté les institutions et les  organismes régionaux et internationaux, notamment le Fonds monétaire international (FMI), le  Fonds monétaire arabe (FMA) et le  Fonds arabe pour le développement économique et social (FADES) avec lesquels collabore le  Maroc, à un réel engagement pour le soutien des grands chantiers de développement global et de justice sociale, et ce, à travers l’échange d’expériences et de programmes effectifs sur le terrain. Par ailleurs il a lancé un appel aux participants à cette conférence pour approfondir la réflexion en vue d’évaluer les expériences et d’en dégager des propositions innovantes, pratiques et tangibles.

Dans le même contexte , le Chef du Gouvernement a sollicité de l’ensemble des participants d’œuvrer pour  apporter des réponses permettant aux pays de faire face aux grands défis qui entravent les politiques de croissance globale, notamment la question de l’emploi et de la création d’opportunités pour les jeunes, l’instauration de la justice sociale, la réalisation d’une économie forte et la mise en œuvre de réformes économiques structurelles, tout en restant fidèles aux engagements relatifs aux attentes sociales, « une question -  affirmait le Chef du Gouvernement -  qui déroute les experts et les politiciens et  à laquelle cette conférence pourrait fournir de nouvelles réponses »

  • Discours
  • Circulaires
Lire la suite ...